Encore une belle journée et une belle balade:

 

 

 

 

 

Le quiltage  de mon dernier travail avance:

 

Hier, 03 février, il y avait 20° dehors!

Le jardin se réveille, les insectes aussi:

 

 

 

 

 

 

Notre ami, l’ écureuil roux, après avoir longé la baie vitrée,

est monté dans la mangeoire qui est sur la  terrasse.

Je reste de longs moments à le regarder:

 

 

C’est trop mignon!

 

 

Aujourd’hui nous avons fait une petite  balade en famille:

 

 

Çà sent le printemps.

 

Les agneaux vont leur apparition dans les près:

 

Les dindons paradent:

 

 

 

 

Le coq, lui, avait décidé de fuguer du poulailler:

 

 

Il n’a pas peur dans les bois…

Nous, on a été moins téméraire en entendant tous les coups de feu des chasseurs.

On a écourté la balade.

J’ai commencé à quilter mon patch cœur:

 

 

Je quilte un peu chaque jour afin d’éviter la tendinite…

Aujourd’hui, nous avons fait une journée atelier.

Au programme, nous avons confectionné une trousse pot crayon:

 

 

Lorsque  l’on veut ce servir d’un crayon,il suffit de faire coulisser la partie haute vers le bas:

 

 

Cette trousse doit être très pratique pour transporter feutres ou crayons pour un enfant.

Pour la maintenir debout, le tissu de la base est entoilé avec de la visline un peu épaisse.

Pour renforcer cette tenue, au moment du repassage, nous avons vaporisé avec un mélange d’eau additionnée un petit pourcentage de vodka…

Oui, je ne connaissais pas cette méthode et je pensais qu’on se moquait de moi.

Quand j’ai demandé pourquoi ne pas se servir de bombe de « fabulon »,

il m’a été répondu que c’était des produits chimiques.

Il est vrai que la vodka c’est de l’alcool de pomme de terre d’où la présence d’amidon.

On en découvre des choses en faisant du patch!

 

Aujourd’hui, j’ai fini de monter le patch des cœurs proposé par Joy lors d’une journée d’amitié de mon club:

 

 

Il est fait en appliqué traditionnel.

Il ne reste plus qu’à faire le quiltage….

Quoi de mieux en hiver que rester au chaud derrière ces baies vitrées et observer:

Les oiseaux mènent une danse infernale d’une mangeoire à l’autre.

Sauf quand un intrus vient semer la zizanie:

 

 

Quoi de mieux que s’installer directement dans le mangeoire..

Les oiseaux n’ont pas l’air d’apprécier, je vais leur laisser la place:

 

 

La place n’est pas resté longtemps vide!

 

 

Le geai, lui, vient même sur la terrasse:

 

 

Je ne me lasse pas du spectacle…

J’ai envie de partager avec vous ce texte, qu’Emma a édité sur son site.

https://www.atelierdemma.com/:

 

Quand on enfile une mauvaise chaussure,
Et qu’on a mal au pied,
Ce n’est ni la faute de la chaussure,
Ni celle du pied.
Il faut juste accepter,
Qu’ils ne sont pas fait pour aller ensemble.

Pour pouvoir mettre,
Une nouvelle chaussure à ton pied,
Il faut déjà enlever l’autre.
Plus tu gardes,
Des chaussures qui te font souffrir,
Plus ton pied sera abîmé,
Et plus ce sera difficile à guérir.

Si des chaussures t’ont abîmé les pieds,
Quelque soit la paire que tu enfiles après,
Ce sera douloureux.
Ce ne sera pas la faute,
De tes nouvelles chaussures,
Mais celle de tes blessures.
Il faut accepter de marcher,
Quelque temps sans chaussures,
Pour que ton pied guérisse,
Et redevienne comme avant.

Plus tu gardes des chaussures qui te font mal,
Plus ça devient inconfortable,
Et plus tu marches de travers.
À force de dévier,
Tu finis par quitter ton chemin de vie.
Or, le bonheur qui est tien,
N’existe que sur ton chemin…

Retire tes chaussures douloureuses,
Pour redevenir heureuse.
Marche pieds nus le temps de guérir,
Tes pleurs et tes blessures.
N’aie pas peur s’il y a un peu de graviers,
Tu n’en apprécieras que mieux,
La douceur de tes souliers.
Relève la tête,
Car sur ton chemin t’attendent,
Des chaussures parfaites.

Si tu ne le fais pas pour toi,
Fais-le pour la femme heureuse,
Que tu pourrais être,
Mais que tu fais disparaître.
Regarde ton reflet dans la fontaine,

Vois-tu ce visage triste ridé par l’eau ?
Cette vieille femme désespérée,
C’est toi dans quelques années.
Si tu ne changes pas d’avis,
Je couperai l’eau de la fontaine,
Puisque tu la remplies de tes chagrins d’amour,
Jusqu’à t’y noyer un jour…
Pour marcher loin sur le chemin de l’amour,
Il faut respecter ses pieds,
Et choisir des chaussures adaptées !
(Source inconnue)